Invisible Bordeaux a déjà couvert le séjour de six mois à Bordeaux de Mitt Romney , personnage politique américain et candidat malheur...

Mitt Romney 2/2 : son QG talençais, l'église mormone


Invisible Bordeaux a déjà couvert le séjour de six mois à Bordeaux de Mitt Romney, personnage politique américain et candidat malheureux aux élections présidentielles de 2012. Son pied à terre était place du Maucaillou près du marché des Capucins. Mais le centre de gravité de son activité de missionnaire était du côté de Talence et de la rue Pierre-Romain, où se trouve cette chapelle mormone.

Il s'agissait de la première chapelle mormone construite en France (on en recense désormais 110 pour quelque 36 500 pratiquants). C'est en 1963 que l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours a acheté ce terrain dans un quartier résidentiel calme de cette banlieue de Bordeaux, et le projet de construction a été piloté par Thor Leifson, membre de l'église. À cette époque, la paroisse comptait environ 35 membres qui, au départ, se réunissaient dans une villa abandonnée sur le terrain.

La première pierre symbolique a été posée le 8 juin de cette même année, quelque temps avant l'obtention du permis de construire ; le projet n'allait être approuvé par les autorités qu'au mois d'octobre. Les travaux de construction pouvaient alors démarrer et ont été assurés intégralement par des missionnaires mormons - dont un bénévole venu exprès de Rennes - et des bénévoles. On comptait jusqu'à 50 personnes sur le chantier. Les membres de l'église qui ne pouvaient contribuer aux tâches de construction aidaient en faisant la lessive et le repassage des missionnaires ou en leur apportant des repas maison. Les membres de l'église ont également participé financièrement à l'opération en mode "crowdfunding" par l'achat de briques de la future chapelle au prix d'1 franc l'unité.


Pendant ce temps, les travaux de démolition de la villa ont démarré sous la houlette de l'entreprise Navarro, dont le directeur n'était au départ pas intéressé par le projet. C'est en apprenant que le commanditaire était l'église mormone qu'il a accepté ; ce monsieur Navarro était en effet quelqu'un qui croyait à la Bible de façon littérale, et était de retour depuis peu d'une expédition au Mont Ararat à la recherche des restes de l'arche de Noé. Il en a d'ailleurs ramené des fragments de bois pétrifié vieux de 4 400 ans (daté au carbone 14). Reste à savoir s'il s'agissait donc de restes de l'arche de l'ancien testament ! 

Pendant la période de transition entre les deux lieux de culte, la congrégation se réunissait dans des locaux préfabriqués. Mais, fin été 1964, les travaux de l'extérieur du bâtiment étaient terminés et ce sont les aménagements intérieurs qui ont démarré. Le tout était terminé mi juillet 1965 à temps pour l'organisation et l'accueil de la conférence de Jeunesse de la Mission Française de Paris. Après quelques finitions supplémentaires, l'église a été officiellement inaugurée le 10 décembre 1965 par "l'apôtre" mormon Howard W. Hunter (qui est devenu président du mouvement mormon pendant une courte période de neuf mois entre 1994 et son décès en 1995). La "consécration" de l'église a suivi quelque temps plus tard, au mois de mars 1967. 


Howard W. Hunter est manifestement revenu à la chapelle en 1968. Dans un dossier publié par The Boston Globe en 2008, ces photos d'archives prises par Marie-Blanche et Jean Causse montrent Romney aux côtés de Hunter devant et dans la chapelle talençaise. Sur la photo du haut on aperçoit Romney debout quatrième en partant de la gauche, et Hunter debout neuvième en partant de la gauche. En bas à droite, le même panorama aujourd'hui (photo prise en 2012).
Il est difficile d'avoir des chiffres précis, mais au fil des dix années suivantes l'église de Talence a attiré de plus en plus de fidèles et a notamment mis en place une école primaire pour 35 enfants, une troupe de scouts, des activités de théâtre ou de prise de parole en public, sans oublier de nombreuses animations de type soirées couscous ou soirées déguisées (souvent autour d'un thème "far west" !).

Aujourd'hui, l'église maintient encore de bonnes relations avec la municipalité talençaise et sert sans doute encore et toujours de point de ralliement et de rencontre de jeunes missionnaires mormons. Parmi ceux présents aujourd'hui, certains deviendront-ils également de grands personnages politiques à l'avenir ?

> Localiser sur la carte Invisible Bordeaux : Mormon chapel, 10 rue Pierre-Romain, Talence 
> Retour sur le séjour de Mitt Romney à Bordeaux et à Paris  
> Récit détaillé de l'l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours en France
> This article is also available in English!

0 commentaires:

Mitt Romney, candidat républicain malheureux face à Barack Obama lors des élections présidentielles américaines de 2012, a souvent évoqu...

Mitt Romney 1/2 : le plus bordelais des personnages politiques américains ?


Mitt Romney, candidat républicain malheureux face à Barack Obama lors des élections présidentielles américaines de 2012, a souvent évoqué ses liens privilégiés avec la France et la culture française. Retour dans ce dossier (ainsi que du côté d'Invisible Paris) sur le parcours de Mitt Romney dans l'hexagone.

Tout remonte à la fin des années soixante et les deux ans et demi passées en France en tant que missionnaire au service de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, appelée aussi Église mormone. Cette mission comprenait notamment un séjour de six mois à Bordeaux à compter de janvier 1968, période à laquelle laquelle Romney et son binôme Steven Bang habitaient un appartement situé au numéro 4 place du Maucaillou, dans le quartier très animé du marché des Capucins. Romney avait alors 20 ans et découvrait le port de la lune après être passé par les villes du Havre et de Brest, et avant de terminer son chapitre français à Paris.


Lors d'un entretien accordé en 2012 à l'Agence France Presse par André Salarnier, l'ancien responsable de la chapelle mormone de Talence [lire le dossier Invisible Bordeaux dédié à l'histoire de cette chapelle], s'est souvenu d'un « grand gaillard, plutôt charismatique » qui « venait manger chez nous assez fréquemment. Il raffolait des galettes bretonnes de ma femme » (ainsi que de son coq au vin selon d'autres témoins). Salarnier gardait aussi l'image d’un « leader naturel » doté « d’une certaine prestance, très sympathique, très ouvert et très francophile ».  

Le quotidien de Romney se composait alors de séances de prière, lecture des Écritures et circuits d'évangélisation de porte à porte en compagnie de son compère Bang. Grâce à ses qualités de leader, Romney a également été désigné pour être le responsable de ses pairs missionnaires dans tout le sud-ouest de la France. Parmi les aventures les plus marquantes vécues par le duo de choc, retenons l'intervention spontanée des deux missionnaires lorsqu'ils ont aperçu un immeuble en feu dans Bordeaux. Romney et Bang n'ont pas hésité à pénétrer dans le bâtiment envahi par la fumée pour aider les habitants à en sortir.

La vue depuis la porte d'entrée de Mitt Romney.
Romney était donc à Bordeaux lorsque les mouvements sociaux de mai 1968 ont paralysé le pays. Les missionnaires mormons dépendaient des fonds envoyés depuis les États-Unis (ils vivaient avec 110 dollars par mois), mais l'argent se tarissait. Romney a dû chercher d'autres moyens d'obtenir de l'argent jusqu'à se rendre en Espagne pour y retirer du liquide des banques.

Le 16 juin 1968, Romney a été impliqué dans un grave accident de voiture survenu à Bernos-Beaulac, à 75 kilomètres au sud de Bordeaux. De retour de Pau pour intervenir dans le cadre d'une mésentente entre membres d'une petite congrégation mormone, il était au volant de la voiture qui ramenait, entre autres, le président de la mission mormone française Duane Anderson.

Leur véhicule a été heurté de plein fouet par une voiture conduite par un prêtre catholique, Albert Marie. La femme d'Anderson, Leola, a été tuée sur le coup. Romney, qui a toujours soutenu qu'il n'était pas fautif (les témoins ont affirmé qu'Albert Marie était ivre quand l'accident a eu lieu), a été grièvement blessé. À tel point que le premier policier présent sur les lieux aurait écrit « décédé » ou « il est mort » dans le passeport de Romney. 


À l'hôpital, Romney est rapidement sorti du coma. Quatre jours plus tard, il était dans un train à destination de Paris, dans une wagon affrété par l'Église. Des ambulances ont même été autorisées sur les quais de la gare de Bordeaux Saint-Jean pour déposer Romney et Anderson. Ce traitement « VIP » a été attribué au fait que le père de Romney, George W. Romney, était gouverneur du Michigan et avait été jusqu'à récemment l'un des favoris dans la course à l'investiture du parti républicain à l'élection présidentielle de 1968.

Lors d'un meeting en décembre 2011, Romney a raconté son séjour en France à ses partisans au New Hampshire. Il a expliqué que la France n'était « pas tout à fait un pays du tiers-monde » mais a ajouté que « la plupart des appartements dans lesquels je vivais n'avaient pas de réfrigérateur ». Était-ce son appartement de la place du Maucaillou dont il se souvenait en parlant des solutions rustiques constituées de seau utilisé en l'absence de toilettes ? Ou encore des moyens pour se laver : « Si on avait de la chance, on s'achetait un tuyau qu'on attachait au robinet de l'évier et on s'en servait pour se nettoyer. » Il se souvient également s'être dit à l'époque qu'il avait « beaucoup de chance d'être né aux États-Unis ».


Romney parlait-il donc de Bordeaux, ou plutôt du Havre ou de Brest ? En tout cas, il est certain qu'il ne décrivait pas le lieu où il a vécu par la suite dans le 16e arrondissement de la capitale de la France. Découvrez la suite de l'histoire en lisant le dossier d'Invisible Paris [en anglais] ! 

> Localiser sur la carte Invisible Bordeaux : place du Maucaillou: Mitt Romney's former living quarters 
> Découvrez le deuxième papier "Romney" d'Invisible Bordeaux dédié à la chapelle mormone de Talence
> Photos suite à l'accident de voiture : copyright André Salarnier 
> This article is also available in English! 

0 commentaires:

Rembobinons plus de 100 ans jusqu’en 1914 pour nous retrouver sur la place Jean-Jaurès dans le centre-ville de Bordeaux (connue, à cet...

Qu’est devenue la statue de Sadi Carnot ?


Rembobinons plus de 100 ans jusqu’en 1914 pour nous retrouver sur la place Jean-Jaurès dans le centre-ville de Bordeaux (connue, à cette époque-là, sous le nom de place Richelieu) où l’objectif d’un photographe inconnu pointe sur la statue en bronze de l’ancien président de la République Sadi Carnot.

Cette statue avait été dévoilée en septembre 1896, deux années seulement après le décès du président Carnot, et était le produit d’un travail d’équipe entre le sculpteur Louis Ernest Barrias, l’architecte Jean-Louis Pascal et la fonderie Barbedienne. L’ensemble du projet avait été financé par des dons publics et par des subventions allouées par le conseil municipal et le ministère d’État de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts. En tout, la facture s’élevait à 42 567 francs d’alors.

Marie François Sadi Carnot était le quatrième président de la IIIe République de 1887 jusqu’à sa mort à l’âge de 57 ans en 1894. Neveu de l’illustre physicien Nicolas Léonard Sadi Carnot, au cours de sa carrière politique il a occupé le poste de préfet du département de la Seine-Inférieure puis a été élu député pour la Côte d’Or à l’Assemblée nationale. Après un passage au ministère des Finances il a été élu à la présidence de la République. Entre autres événements sous son mandat retenons la célébration en 1889 du centenaire de la Révolution, la tenue à Paris – également en 1889 – de l’Exposition Universelle, ou encore la gestion du scandale de Panama en 1892, suite à des révélations sur la corruption de personnages politiques. Carnot est décédé à Lyon au mois de juin 1894, victime d’un attentat perpétré par un anarchiste italien. La France, encore en état de choc, s’est rassemblée pour les funérailles de Carnot au Panthéon de Paris le 1er juillet 1894.

La place Richelieu hier, et la place Jean-Jaurès aujourd’hui.
Sur le blog, nous avons déjà croisé Sadi Carnot à Bordeaux à deux reprises : le 27 avril 1888 c’est bien lui qui a inauguré la (première) réplique de la Statue de la Liberté sur la place Picard, lors d’une cérémonie qui a duré à peine cinq minutes. C’est également en 1888 qu’il a inauguré le parc bordelais, espace verdoyant qu’on doit notamment à l’héritage du grand philanthrope Camille Godard.

Le monument en 1914 et le même panorama quelque cent ans plus tard. Quid de tous ces volets qui ont disparu ?
Lors d’un discours donné par Carnot lors d’un banquet qui s’est tenu à Bordeaux, toujours en 1888 (tous ces événements ont-ils eu lieu le même jour ?...), il a salué les valeurs républicaines de la Gironde en déclarant : « Je suis ici sur la terre classique de la Liberté et le cœur de la population girondine proteste contre tout ce qui pourrait servir les intérêts ou encourager les espérances des ennemis de la République. »

Cette phrase emblématique a marqué les esprits girondins et figurait ainsi sur le monument, gravée sur la tablette sur laquelle reposait la main gauche d'un personnage féminin, symbolisant l’histoire, positionné au pied du monument. Dans sa main droite ce même personnage levait vers Carnot une feuille de palmier dorée. À ses côtés il y avait un jeune enfant qui tenait un bouquet d’immortelles ; tout un symbole également.

Gros plans sur les personnages au pied du monument..
La statue est restée en place jusqu’en 1941, période où les métaux non-ferreux ont été mobilisés afin d’approvisionner les usines d’armement en cette période de guerre. L’architecte municipal de l’époque aurait déclaré que la statue de Carnot pouvait « disparaître sans regret » après ses 45 années de bons et loyaux services, d’où l’espace ouvert que l’on connaît encore aujourd’hui au niveau de la place Jean-Jaurès.

Avec mon ami Anthony Poulachon (et l'aide de Photoshop), nous nous sommes amusés à remettre la statue à sa place en ces temps modernes !
 > Localiser sur la carte Invisible Bordeaux : Former site of Sadi Carnot monument, place Jean-Jaurès, Bordeaux.
> De nombreux éléments figurant dans cet article ont été récupérés du côté de cette page e-monumen.net.  
> This article is also available in English! 

2 commentaires: