Invisible Bordeaux a fait une découverte inattendue lors d'une récente sortie : le petit mais très agréable Jardin des Remp...

Jardin des Remparts : le jardin secret de Bordeaux

Invisible Bordeaux a fait une découverte inattendue lors d'une récente sortie : le petit mais très agréable Jardin des Remparts, caché au-dessus des restes des remparts de la vieille ville, est un autre concurrent pour le prix de « Secret bordelais le mieux gardé » ! 

Bien qu'ayant des racines qui remontent loin dans le temps, en tant que jardin public, l'histoire est encore jeune : le Jardin des Remparts, dans sa forme actuelle, a été ouvert pour la première fois au grand public par la ville en décembre 2013. Cette évolution était l’un des aboutissements d’une campagne appelée Bordeaux [Re]Centres, à savoir la déclinaison locale du Plan national de requalification des centres anciens dégradés, ou PNRQAD pour les intimes.

L’inauguration de 2013 faisait également suite à d’autres efforts pour donner vie à ce lieu en 2010, menés par une association locale poétiquement connue sous le nom de « Le Bruit du Frigo ». Ils ont ainsi organisé divers événements ici dans cet espace alors peu utilisé, sur un terrain partagé entre le CROUS et l'école de reconversion professionnelle (ERP) Robert Lateulade (la ville a acquis le droit d'utiliser le terrain appartenant à l'État et deviendra propriétaire du terrain à l’avenir). Avant cela, le lieu avait une vocation toute autre, faisant partie intégrante du Couvent des Capucins.


Le jardin s'étend sur une partie des anciens remparts de la vieille ville, comme on peut le deviner en regardant le long mur de pierre linéaire qui sépare le jardin des maisons voisines. Vers une des deux entrées du jardin (où il y a actuellement des escaliers temporaires métalliques, en sachant qu’ils seront bientôt remplacés par des escaliers permanents), une section survivante de ce mur d’enceinte du XIVe siècle est entièrement visible. Au niveau du jardin, il y a même des traces de la vieille terrasse d'artillerie et du chemin de ronde.

En haut : des restes des remparts près de l’entrée est du jardin. En bas : une porte d’accès au chemin de ronde ? Ou un poste de garde ?
Le reste du parc de 3 400 mètres carrés est peu spectaculaire mais bien entretenu et très plaisant. Une jolie rangée de platanes est rythmée par quelques bancs et, plus étonnamment, par un petit sanctuaire ou oratoire, sans doute un survivant du passé du couvent du lieu. En regardant de plus près, on devine une inscription latine sur l’oratoire. On peut lire "Filioli mei, quos iterum parturio, donec formetur Christus in vobis". Avec un peu d'aide de Twitter, et plus précisément d’une correspondante à l'Association Régionale des Enseignants de Langues Anciennes de l'académie de Bordeaux (@Arelabor), le texte a été identifié comme étant un verset de la Bible, Galates 4:19, à savoir : « Mes enfants, je souffre de nouveau, pour vous, comme une femme qui accouche, jusqu’à ce qu’il soit clair que le Christ est présent parmi vous. »

L’oratoire et le vieil escalier qui mène vers l’ancienne cour du couvent.
Les restes clôturés d'un escalier en pierre conduisent de l'oratoire à la cour de l'ERP de nos temps modernes, bien qu'il soit assez facile d'imaginer l’environnement comme celui du couvent du XVIIe siècle. Au niveau inférieur, une impressionnante œuvre de street art orne un mur qui forme une impasse pour les visiteurs. Alors que je prends des photos, un chien apparaît et fait le beau pour l’appareil avant de se diriger vers le haut pour rejoindre son maître et d’autres promeneurs de chiens.

Le nom du chien était, me semble-t-il, Watson. C'est élémentaire.
Il s'avère en effet que le Jardin des Remparts est un point de rencontre pour la communauté locale de propriétaires de chiens (bien que je dois dire qu'après avoir lu un article sur le brillamment nommé thetropicaldog.com, j’étais sûr que j’allais croiser quelques amis canins). Lors de mon passage, il est encore tôt un dimanche matin, mais il y a un regroupement de promeneurs de chiens vers le milieu de l’allée. Et, pendant que je suis là, un autre monsieur et ses deux lévriers arrivent ; ils seront grondés par les autres pour leurs 20 minutes de retard !

J’avance prudemment entre les chiens pleins d’énergie et j’échange quelques bons mots avec l’une des propriétaires. Nous remarquons combien le jardin est agréable, mais elle ajoute tout de suite que cela ne restera ainsi que « si les gens le respectent ». Que sous-entend-elle ? Elle précise que bien trop souvent des passants laissent des restes de nourriture, etc. Et, quelques minutes plus tard, dans un coin, je repère effectivement quelques bouteilles de bière vides et des emballages papier abandonnés par leurs propriétaires. Je comprends alors combien les habitants du quartier ont adopté ce lieu qu'ils souhaitent désormais protéger ; le jardin est devenu un prolongement de leur domicile.
Panoramas depuis le jardin.
Enfin, je profite de ce point de vue inhabituel et en hauteur pour admirer quelques lieux que je n'ai jamais vus sous cet angle : la flèche de l'église Saint-Michel, le toit du Marché des Douves (récemment rénové) et l'ancienne chapelle du couvent qui se trouve sur le terrain du CROUS, un lieu qui semble être hors limites mais qui peut, apparemment, être visité de temps en temps. J'observe également un dôme blanc bien mystérieux, peut-être celui qu’on peut observer sur le site internet de l'ERP Robert Lateulade ici.

Mon temps au Jardin des Remparts a pris fin mais je sais que je reviendrai. Je pense bien que la prochaine fois que je serai dans la foule du quartier Saint-Michel ou du marché des Capucins, sûrement parmi les zones les plus animées et les plus énergiques des quartiers de la ville, je m’empresserai de retourner vers ce jardin secret bordelais sur les remparts de la vieille ville, afin de profiter d'une promenade tranquille aux côtés de tous les chiens du quartier !

> NB : à présent, le Jardin des Remparts n'est accessible que par des escaliers métalliques rue Marbotin et rue des Douves. Des moyens d'accès pour personnes handicapées devraient suivre à l'avenir.
> Localiser sur la carte Invisible Bordeaux : Jardin des Remparts, rue Marbotin/rue des Douves, Bordeaux.
> Un grand merci à l'Association Régionale des Enseignants de Langues Anciennes de l'Académie de Bordeaux (@Arelabor), contactée par Émilie Bordographe, pour son aide dans la traduction et l'identification de l'inscription latine sur l'oratoire. Merci aussi à Alan Davey qui était également en contact à ce sujet !
> This article is also available in English!

2 commentaires: