Sur la rive droite de la Garonne, à mi-chemin entre le Pont Chaban-Delmas et le Pont d’Aquitaine, 70 personnes œuvrent au cœur d’une usin...

Jock : l'entreprise familiale bordelaise si chère aux familles bordelaises

Sur la rive droite de la Garonne, à mi-chemin entre le Pont Chaban-Delmas et le Pont d’Aquitaine, 70 personnes œuvrent au cœur d’une usine afin de fabriquer toute la panoplie des produits de la marque Jock. Ce nom fait véritablement partie du paysage pour les habitants de Bordeaux et de ses alentours et on doit à cette société un dessert qui a marqué l’enfance de bon nombre d’entre eux : la crème Jock.

C’est le biscuitier Raymond Boulesque qui est à l’origine de cette crème, qu’il créa en 1938 dans son atelier rue Bergeret dans le quartier des Capucins à Bordeaux. Il s’était donné pour objectif la conception d’un aliment pour enfants à base de céréales qui serait peu onéreux, en cette période où le sucre se faisait rare et cher. Finalement, sa création fut tout autant appréciée par les adultes, et la crème fut rapidement reconnue comme dessert à part entière
Rue Bergeret et Raymond Boulesque. Avec son chien. (Photo de droite affichée dans la boutique de l'usine Jock.)
Après la Seconde Guerre mondiale, M. Boulesque tenta de se diversifier en développant une crème chocolatée à déguster chaud au petit déjeuner qu’il baptisa Mars. Il ignorait qu’une barre chocolatée du même nom était déjà commercialisée au Royaume-Uni depuis 1932. Le Mars version bordelaise fut abandonné mais se rapprochait sans doute de la Crème tradition au chocolat qui est encore distribuée aujourd’hui et que le site internet de l’entreprise présente comme « la petite sœur » de l’invention phare de M. Boulesque.

La jeune société, couronnée de succès, passa sous la direction de Marius Boulesque, fils de Raymond, et déménagea en 1955 pour intégrer de nouveaux locaux rue de Bethmann au sud-ouest de la ville. Ce fut le début de l’âge d’or de la société, qui continua son développement sous la houlette d’un héritier de troisième génération, Jean-Pierre Ballanger.

Des salariés Jock au site de le rue de Bethmann (photo affichée dans la boutique de l'usine Jock),
et le numéro 130 rue de Bethmann aujourd'hui.
En 1999, Jock s’est installé quai de Brazza, sur un site conçu sur mesure ; elle y est toujours aujourd’hui et est actuellement pilotée par Jean-Pierre et Jean-Philippe Ballanger, arrières petits-fils de Raymond Boulesque. La stratégie de diversification qui a démarré il y a si longtemps continue de porter ses fruits ; aujourd’hui la fameuse crème représente à peine 5 % des ventes ! Les vrais produits phares sont en réalité les préparations pour gâteaux (la recette « brownie » est une belle réussite aux États-Unis) et autres desserts, dont certains sont commercialisés sous les bannières PrePat'33 ou PréPât. L’entreprise réalise aussi de nombreux produits (levures, sucre glace…) de façon quasi-anonyme ; ils sont commercialisés sous les marques de magasins tels que Leclerc, Super U, Carrefour, etc. Jock se donne pour objectif le lancement de trois nouveaux produits chaque année afin de consolider son chiffre d’affaires.


Depuis 2012, toute la gamme Jock est disponible à la vente directe depuis un magasin d’usine situé au rez-de-chaussée du site industriel. La boutique propose également des souvenirs estampillés Jock, accessoires de cuisine et différents produits dérivés du partenariat avec l’Union Bordeaux-Bègles, équipe de rugby évoluant en Top 14 (le logo Jock figure par exemple sur les maillots d’entrainement des joueurs et sur les ballons officiels utilisés par le club).

Le jour de mon passage, je ne pouvais évidemment pas partir les mains vides et me suis donc procuré deux paquets de la légendaire crème Jock, ainsi que des préparations toutes faites pour faire un cake au citron et des cannelés. Mes essais personnels seraient-ils concluants ?

J’ai tout d’abord testé la crème Jock et me suis rapidement félicité d’avoir acheté deux paquets. En effet, après une lecture un peu rapide du mode d’emploi (légèrement ambigu), j’ai totalement vidé le premier paquet en ajoutant dix fois trop de poudre à ma casserole de lait. Le mélange était immangeable mais a servi à combler des trous dans le mur de la chambre d’un de mes fils.

Il a donc fallu s’appliquer lors de la deuxième tentative. Cette fois-ci, je ne me suis pas fait piéger par les conseils de préparation en deux parties séparées : les quantités préconisées de poudre se trouvent isolées du mode d’emploi. J’ai choisi les quantités pour une texture « crème anglaise » ; un des grands atouts de cette préparation est de pouvoir jouer sur les textures et ainsi cuisiner des desserts radicalement différents (de la crème dessert jusqu’à la crème pâtissière).

Ma crème anglaise, un peu moins sucrée que d’autres que j’ai pu goûter par le passé, fut une belle réussite en accompagnement d’un dessert à base de Rice Krispies et ironiquement, de barres Mars fondues. C’était tout à fait délicieux. De plus, après 24 heures passées au réfrigérateur, la crème avait  durci et pouvait être à nouveau consommée sous cette nouvelle forme.

Ma deuxième expérience porta sur les cannelés Jock. La préparation de cannelés est un grand art et, ce jour-là, je manquais de temps et de concentration. La durée conseillée de cuisson est de 40 à 45 minutes, mais cette échéance passée les cannelés n’étaient toujours pas cuits à l’intérieur, ni dorés à l’extérieur. Je me demandais si le coupable n’était pas le moule en silicone que j’utilisais, facteur qui n’aurait pourtant pas dû compliquer la tâche. Impatient, j’ai consommé les cannelés mi cuits et j’ai fait tout mon possible pour oublier cet incident de parcours.

Mais pour finir sur une note positive, le cake au citron instantané fut une belle réussite. Avec du recul je me rends compte que la partie la plus difficile était le moment où, en découpant le paquet, j’ai dû résister à une envie quasi-irrésistible de déguster la préparation encore crue. À part un peu de gras au fond du moule, aucun ingrédient supplémentaire n’est requis et, une fois au four le cake gonfle et cuit en 30 minutes. Le résultat est délicieux.

J’ai encore du chemin à parcourir afin de cultiver mon histoire d’amour avec les produits Jock, mais les idées sont là ; d’ailleurs de nombreux experts culinaires partagent au quotidien diverses recettes inspirées par la gamme Jock, et le meilleur point de départ n’est autre que le blog dédié, animé par l’entreprise elle-même !

> Localiser sur la carte Invisible Bordeaux : usine Jock, quai de Brazza, Bordeaux ; sites précédents, rue Bergeret et rue de Bethmann, Bordeaux. 
> Site internet Jock : www.jock.fr 
> Boutique en ligne et recettes : www.boutique-jock.fr
> This article is also available in English! 
Enfin, savourez cette publicité de 1984 avec le joueur légendaire des Girondins de Bordeaux, Alain Giresse :


Cliquez ici en cas de problème d'affichage.

Même si ces temps-ci, les publicités Jock ressemblent davantage à ceci :


Cliquez ici en cas de problème d'affichage.
 
Un grand merci à Guillaume et Erik de m'avoir soufflé ce sujet !

0 commentaires: